Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du avril, 2010

BRISE L'AME

Il demeure là, pensif, assis, sur les récifs. Face au grand océan, il oubli le présent. Et si le vent forci, quand se creuse la houle. Il cherche l'infini, où la mer se déroule. La dure silhouette, d'un noir cargo rouillé, oscille, girouette, prête à se fracasser, au sommet de la vague. Tout près le brise lame, disparait sous l'écume. Dans le géant vacarme, elles se cachent les larmes, Quand se déchire l'âme,
Sous la corne de brume.

PIMIENTO

Tu es comme le piment, ma belle, mon oiseau de soleil, ma petite merveille. A peine effleurées, de tes lèvres carmines, le feu a pris en moi, dans mon sang écarlate. Et depuis ce jour là, cette soirée divine, mon cœur n'a plus cessé, pour toi, ma douleur, ma chica, un seul instant de battre.

VOYAGE

Ici , c'est le désert, plus rien à l'horizon, ne retient le regard. Si mon cœur est hagard, il quitte sa prison. De dunes en dunes, portés par le vent chaud, il s'éloigne vers toi. glissant sur le silence, il vole vers la France. poussière d'amour, sable brulant. Il se pose sur toi, s'enferme dans tes bras.

CHARNELLE

Charnelle, essaim d'abeilles, et seins de miel. J'y bois comme au calice, butineur, d'artifices. Lourdes et tièdes offrandes, ma montagne des Andes. Ces deux volcans d'émoi, où derrière ton cœur bat.

CONTRE SENS

Déjà le jour jaune, elle fut courte la nuit. Peuplée de blancs fantômes, cauchemars rouges et gris. Était ce le noir sommeil, ou bien une vraie vie. Où sont donc mes pareils, ailleurs ou bien ici. C'est une longue quête, en panne d'absolu. La folie qui me guette, ou l'espoir revenu. Suis je ou vais je devenir, le monde souffle le doute, une folle tempête,
ou le tendre zéphyr. J'ai fais bien trop de route, pour faire marche arrière. Restent sous les paupières.
Les brulants souvenirs. Aujourd'hui c'est demain,
mais hier reste hier.

THEATRE

C'est un plancher de bois, une petite salle. Longues répétitions, tous ces mots qui s'en vont. Hésitantes répliques, du temps, encore du temps. La bonne intonation, ou le trou de mémoire. Tout emmagasiner, puis enfin déclamer. Déjà la générale, les phrases bien en place.
Coté cour ou coté jardin, les acteurs sont là. Commence le spectacle, le théâtre bien plein, silencieuse la salle, elle écoute , elle attend. Molière au premier rang. Sous les applaudissements, les acteurs s'inclinent, Elle à été divine, la brune Paméla. Chacun se félicite, une belle soirée. Pour baisser le rideau, dehors la nuit tombée.



NOCTURNE

Tendre est la nuit. Et bien douce la pluie. Sous le grand parapluie, mon Amour à l'abri. Elle porte un ciré noir, brillant comme l'espoir. Nous ne savons que dire, au moment de partir. Face à face, soupirs, laissons place au désir.


CHUTE LIBRE

Parti en chute libre, refermant son grand livre, Dans sa paranoïa. Le jour a dérapé, il a perdu la voie. La sombre destiné, encore un autre jour, jour de plus où de moins. C'est le choix des terriens, se hisser vers toujours, ou descendre sans fin. Parti en chute libre, moi je ne sais plus rien.

AMAZONE

Arbres géants qui montent jusqu'à la canopée, étouffés par les lianes prêtes à tout dévorer. Long fleuve paresseux, qui s'étire en silence. Clair obscur incessant trouant la jungle verte. Sol noir, pourriture végétale où le danger te guette, tu avances lentement, tu marches avec prudence. Ici c'est le royaume des reptiles et insectes. En tenue camouflée, sur la branche discrète, le serpent assoupi, immobile attend. Feuilles immenses brillantes, étranges orchidées L'air humide, étouffant, t'empêche de respirer, Il te faut avancer, rejoindre le présent. Hier avec les indiens, tu a pris la boisson, le chaman la prépare avec le yagé*, elle procure visions et hallucinations. De ta pensée humaine, enfin débarrassé, tu chemines hagard, tu deviens le lézard. le venin coule en toi, il est déjà si tard. Autour de toi , magiques les plantes carnivores. Tu ne sais pas encore si tu es vivant ou mort.

* L’ayahuasca ou yagé est un breuvage à base de lianes consommé traditionnellement par les chaman…