samedi 24 septembre 2011

RENCART

Avec nous tous, elle a rencart.
Nul endroit, nulle place.
Jouer à pile ou face.
Elle se rit du hasard.

Je suis si fatigué.
Laminé, décharné.
Mon ciel noir accroché.
A l’espoir étoilé.

Jusqu’au bout de ma quête
Le cœur empli de l’obscur silence
Mille mots dans ma tête.
Quand je pense et repense.

Quarante cinq sur la tempe.
Elle me teste et me tente.
Éphémère rencontre.
Une vie, pas un conte.

Seuls les yeux dans les yeux.
Au soleil des phares.
Elle reviendra plus tard.
Pour me masquer les cieux.

Combat perdu d’avance.
Lorsque le temps s’élance.
Nul endroit, nulle chance.
Mon âme est une lance.

dimanche 11 septembre 2011

COMME UNE NUIT SANS BRUNE.

Assis sur un banc public.
Hirsute, le cœur palpite.
Rêveries éthyliques.
La vie brûle si vite.

Obscur, petit matin.
Comme une nuit sans brune.
Elles tremblent ses mains.
Crispées sur la rancune.

Dans le fond de son verre.
Solitaire, baluchon de travers.
Remettre dans le bon sens.
Une vie à l’envers.

Voyageur sans âge.
Le vent tourne les pages.
Et glissent les nuages.
Bien vide paysage.

Enfin, partir.
N’emporter avec soi.
Qu’un souvenir de toi.
T’aimer ou te maudire.

samedi 3 septembre 2011

CŒUR JACKING

La route vide, les warnings.
Où est elle partie, ma brune, ma darling.
J'avais mis l'esp, pourtant, j'ai déraillé.
J'ai perdu le contrôle et le cœur au fossé.
Siège vide du coté passager.
Partie dans un virage, elle s'est évaporée.
Reine du cœur jacking.
Mon âme est au parking.


PEINTRE


Je suis le peintre du silence
Au pinceau, sur la nuit blanche.
Le cœur battant, fièvre impatiente.
Sur la toile, courent tes hanches.

Noir de mars et térébenthine.
Odeurs enivrantes, divines.
Les mains fébriles, je dessine.
Son corps lunaire, j’imagine.

Atelier vide et silencieux.
Au fusain, c’est lui que j’esquisse.
Ton corps soyeux, tes courbes lisses.
Là je t’invente, je suis un dieu.

Dans le royaume des couleurs.
Derrière la porte, le malheur.
Dans la pénombre luit le tableau.
Brille sa chair, je me sens beau.

Dernière heure, dernière touche.
Rouge carmin éclaire ta bouche.
Déjà le sweet, elle a remis.
Atelier vide, elle est partie.