samedi 28 décembre 2013

INSOMNIE

Quand le soleil usé, se jette à la mer.
Qu'aux lampadaires livides, se découpe la nuit.
Lorsque sous les trottoirs endormis à la pluie.
S'enroule Léviathan aux anneaux de l'enfer.

Je cherche le sommeil et l'oubli, un instant.
Ce que je n'ai pas su, ce que j'aurais du faire.
Ce que le jour apporte, la nuit me le reprend.
Tout semble clair, limpide, vérité éphémère.

Marchand de sable ivre, a frappé à la porte.
Cette poignée de terre, qu'il offre, titubant.
De cauchemars, de rêves, que le diable l'emporte.
je veux dormir, enfin, glisser dans le néant.

Et quand l'aube clignote, s'agrippe au ciel hurlant.
Mes yeux lourds, hésitants à l'abri des paupières
Mon âme encore perdue, suis-je demain ou hier.
Dans le café brûlant, je retourne au présent.

Enregistrer un commentaire