mardi 2 juillet 2013

BUSHIDO



C’est le pays du matin calme,
Seul dans ma parano,
Un katana de larmes
Dans mes  gènes, ma peau
Je suis le bushido.               
Anonyme héros,
Glissant  au fil de l’eau.
Voyageur dérisoire,
La nuit tourne à l’envers,
Sur les néons  du soir.
Longue lame de fer.
Sur la courbe du globe.
D’un côté voilà l’aube,
De l’autre le couchant.
D’un côté le passé,
De  l’autre le présent.
Moi l’adulte, l’enfant.
Suis-je mort ou vivant.
Mon âme déchirée.
Comme miroir brisé.
Solitaire samouraï,
Je dois faire mon travail.