mardi 21 octobre 2014

LE SABLE A BU LE SANG

C'est un désert brulant où la haine surnage,
allongé sous le vent, le sable a bu le sang,
effacé tous les cris de cet obscur carnage,
drapeau noir flottant entre morts et vivants.

Au nom d'un dieu absurde, un massacre incessant,
ici plus rien n'est pur, entre couteau, kalach,
poudre et poussière d’acier à la vie nous arrachent,
pas le temps de prier, mourir en combattant.

Éteindre la télé, oublier un instant ,
siroter un coca, ce monde à feu à sang,
Balayer d'un revers, l'ailleurs et son enfer,
juste fermer les yeux, s'en moquer, laisser faire.

Occident fatigué, pense aux milliers de mères,
n’oublie pas les combats que menèrent nos pères.
Nos fils partiront, dans un camp ou dans l'autre,
et tout le sang versé sera aussi le nôtre.

Enregistrer un commentaire