Accéder au contenu principal

VOYAGE

Le voila donc ce corps, ce rêve, ce voyage,
ce si tendre pays, offert page après page.
La chevelure brune, l'ovale du visage,
les yeux déjà brillants au patient effeuillage.

Puis le cou parfumé où  la veine palpite,
plus bas sous la dentelle, offerts et dérobés,
tes deux seins adorés, ma bouche qui s'invite,
à la pointe durcie d'un plaisir deviné.

Là, le galbe des hanches et ton dos sous mes mains,
ces deux jolies fossettes blotties au creux des reins,
dernière halte poivrée, avant tes fesses rondes,
courbes tant désirées que la lumière inonde.

Enfin le ventre plat, ce triangle de soie,
ce rempart que tu ôtes, pour me l'offrir à moi,
ce sillon entrouvert, ce bourgeon plein de toi,
ce monde si fragile, la fontaine où je bois.

Laisser enfin aller, glisser, mille et une caresses,
de tes cuisses à tes jambes, sous le nylon discret,
ce langoureux périple, cet amour secret,
jusqu'à tes petits pieds, déposer ma tendresse.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

POIVRE ET SEL

Il y a les murs blancs,
les volets ajourés où la lumiere s’élance.
le plafond fatigué de cette pièce immense.
le sol tout usé à force d’impatience.

Les plus que parfait, écrits au passé simple,
les toujours, les jamais, agrippés à la marge,
dans le petit cahier dont j'arrache les pages.

Le cœur noir, endormit,
j'ai l’âme poivre et sel,
hésitante, hagarde, aux dessous de dentelle.

Je vois des verres froids toujours à moitié vides,
et tous ces cris sans voix à la lune livide.
Le grand lit resté là comme une confidence.

Les tuiles sur le toit, la trop vieille charpente,
ne me protègent plus, du temps et de l'attente,
immobile, vaincu aux vaines résiliences.











REMINISCENCES

Suis je mort ou vivant, autour les murs dansent,
le sol et le plafond, s'attirent, se rapprochent.
Essoufflé , tournoyant, cherchant la délivrance,
mon cerveau fatigué, à l’écume s'accroche.

Là, je vois des enfants, la cour d’école immense,
le gosse aux cheveux blond et cette plaie qu'on panse,
les genoux écorchés, les bagarres du dimanche,
tous les zéros pointés, les envies de revanche. 

Tant de départs ratés, les trains de nuit, les gares,
les verres vides ou remplis et les aubes blafardes.
les mots dits et redis, les soirées qui s'attardent,
la rencontre éphémère de l'amour en retard.

Femme assise sur moi, qui monte et qui descend,
voyage vers les cieux, qui marque la cadence,
juste fermer les yeux, perdre son innocence,
se fâcher avec dieu, pour remonter le temps.

Gisant inanimé, seul aux réminiscences,
les bribes du passé, mêlées à l'inconscience,
être ou avoir été, à l'ultime insolence.
Suis je mort ou vivant, autour les murs dansent.


LA MORT A SA FENETRE

La mort à sa fenêtre, regarde le printemps,
elle a mon zéro six, mon mail, mon présent,
m'invite comme ami dans son réseau social,
m’envoie de nombreux posts, une amie idéale.

Chaque jour, à l'écran, elle écrit, elle hangout,
prend soin de moi, me prédit un burn out.
Je la croise parfois, la sombre amie sans fard,
évitant la caresse de son brûlant regard.

Entre elle et moi, contrat, un deal original,
tomber fou amoureux, une dernière fois,
renaitre de mes cendres, à l'amour infernal.
M'endormir assouvi au monde de ses bras.

Quand la belle aura fui, lassée de sa conquête
à nouveau, seul et froid, le cœur vide, inerte,
mon âme déchirée, aux abimes offerte,
vers ce baiser létal, j'irai à sa fenêtre.